[Exchange 2010 DAG + Windows Backup R2] : Sauvegarde et Restoration granulaire

Un article, sans prétention, qui montre les nouveaux principes de sauvegarde/restoration des bases de données de boîtes aux lettres misent en cluster avec Exchange Server 2010.

La première information importante est que l’on peut noter qu’il n’est pas obligatoire de passer par une solution tierce pour sauvegarder un cluster de boîtes aux lettres Exchange 2010. Toutefois, Windows Backup ne permettra de réaliser cette action que sur le serveur où les bases de données sont montées (noeud actif). Il n’est donc pas possible d’effectuer des sauvegardes/restorations sur un noeud passif. En cas de basculement, les sauvegardes planifiées sur le noeud actif, devenu passif, échoueront. Cela s’explique notamment par le fait que seul le serveur actif peut tronquer les journaux de transactions après une sauvegarde complète. Il répliquera ensuite avec ses partenaires du groupe de disponibilité (DAG), passifs, pour qu’ils puissent, à leur tour, tronquer leurs propres journaux.

Passons à la pratique. Je fais l’impasse sur l’installation de Windows Backup, que vous pourrez trouver facilement dans l’ajout/suppression de fonctionnalités du Server Manager de Windows Server.

 

Etape 1 : Planifier les sauvegardes :

1. Planification des sauvegardes

2. Assistant Planification : Personnalisé

3. Choix des volumes à sauvegarder

4. Paramètres avancées

5. Sauvegarde complète

 A la différence de la sauvegarde de copie, la sauvegarde complète tronquera les journaux de transaction des bases de données. Ils seront alors supprimés définitivement du serveur et on évite la saturation de la partition les stockant.

6. Fréquence des sauvegardes

7. Type de la destination des sauvegardes

 On note ici que stocker ses sauvegardes vers un partage réseau ne nous permet pas de conserver plusieurs sauvegardes. La suivante remplace la précédente.

8. Emplacement de la destination

Etape 2 : Récupération des données :

1. Vue des sauvegardes et récupération

2. Serveur de sauvegardes

3. Calendrier des sauvegardes disponibles

4. Type de la récupération

5. Choix de l’application à récupérer

Ici, l’option “Ne pas exécuter une récupération par progression” permet de ne pas appliquer les transactions des journaux jusqu’au point choisi de récupération.

6. Emplacement de récupération

On restaure vers un autre emplacement que celui d’origine afin ne pas restaurer l’intégralité de la base de données et déterminer, par la suite, la ou les boîtes aux lettres impactées par la restauration.

La restauration vers l’emplacement d’origine automatise les procédés habituels connus sur Exchange 2007 par exemple, il ne faudra donc pas démonter la base de données à restaurer au préalable, ni la marquer comme étant une base de données susceptible d’être écrasée par une restauration. Windows Backup s’occupe de tout.

End

Etape 3 : Restoration Granulaire !

Premier impératif, vérifier l’état de la base de données récupérée avec eseutil.

 

eseutil /MH .\Base.edb

1. eseutil /MH

L’état de la base nous montre qu’elle n’a pas été démontée proprement, puisqu’elle a été capturée à chaud par Windows Backup. Il est donc necessaire de corriger cet état avant de pouvoir la monter et l’exploiter. Pour cela, eseutil, toujours.

eseutil /R E00 /l Chemin_Logs /d Chemin_base

eseutil /R

Dans mon example, les journaux de transaction et la base de données sont stockés sur des volumes différents. J’utilise le communateur /l pour préciser le répertoire des logs et /d pour le répertoire de la base de données (fichier .edb).

On s’assure ensuite du changement d’état de la base.

Clean Shutdown

On peut ensuite créer et monter une nouvelle base de données de type restauration (powershell oblige) dans notre organisation exchange, en utilisant nos journaux et base de données restaurés.

New-MailboxDatabase -Name Restore_MBX -EdbFilePath "C:\Restore_MBX\E_\Exchange\HyperV-Admin\HyperV-Admin.edb" -LogFolderPath "C:\Restore_MBX\F_\Exchange\HyperV-Admin" -Server Nom_Serveur -Restore | Mount-Database

Nous allons pouvoir ensuite restorer une boîte aux lettres de notre base de données récupérées Restore_MBX vers notre base de données en production.

Boïte aux lettres avant perte des données

Perte des données

Restore-Mailbox -Identity Nom_BAL -RecoveryDatabase Restore_MBX

Les éléments manquants ont été restaurés

Et c’est terminé. Si un seul mail avait été supprimé au niveau de la boîte aux lettres, lui seul aurait été fusionné dans la boîte aux lettres de l’utilisateur.

On termine en supprimant la base de données de restauration.

Remove-MailboxDatabase -Name Restore_MBX

Have fun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *